Questions et réponses

Peut-on faire l’amour en période de règles ?

A chaque instant, environ un quart des femmes entre 15 et 45 ans sont en train de saigner en raison de leurs règles. C’est quelque chose de parfaitement normal malgré le fait que certains hommes se bouchent les oreilles rien qu’à l’idée d’entendre parler de tampons ou de serviettes hygiéniques. Les femmes ne deviennent pas forcément hystériques pendant leurs règles. Elles ne deviennent pas soudainement « impures ». Il ne s’agit que de sang qui, on le rappelle, n’est PAS sale. Alors, à moins de ne pas supporter le contact avec ou la vue du sang — c’est le cas de certaines personnes — il est parfaitement possible de faire l’amour lorsque Madame a ses règles. Pénétration, cunnilingus, masturbation : tout est possible. Il est d’ailleurs bizarre que ce préjugé ne soit aussi fort concernant les femmes vierges qui saignent parfois lors de leur premier rapport sexuel.

Pour le cunnilingus, si besoin est, passer un coup d’eau sous la douche et insérer un tampon. Ne pas oublier de retirer le tampon lors de la pénétration, s’il y a pénétration ensuite. Pour éviter de tâcher les draps, il suffit de mettre une serviette de bain au dessus.

Que faire en cas d’éjaculation précoce ?

L’éjaculation prématurée n’a pas de définition universellement acceptée. Quand est-ce qu’on peut parler d’éjaculation prématurée ou précoce ? Manifestement, si l’homme jouit en moins d’une minute, parler d’éjaculation précoce pourrait se justifier. Cependant il est plus logique de définir l’éjaculation précoce comme celle qui survient plus tôt que ne l’auraient souhaité les DEUX partenaires. En effet, si Madame préfère que Monsieur jouisse après deux minutes, peut-on parler d’éjaculation précoce ?

Si les deux partenaires estiment que l’éjaculation survient trop vite, c’est l’occasion d’expérimenter d’autres techniques amoureuses telles que celles évoquées plus haut dans le livre. La sexualité est souvent plus inventive lorsqu’elle ne tourne plus autour du phallus érigé. En revanche, il est rarement efficace de penser à autre chose pendant les ébats pour retarder l’échéance. Penser à une invasion de cafards peut être totalement inefficace ou avoir l’effet inverse : débandade totale ou impossibilité de jouir. Pire : vous pourriez découvrir que l’idée des cafards vous excite carrément !

Bien que certaines entreprises promettent des médicaments miracles, il n’existe pas vraiment de remède médical à la situation. Le mieux est que Monsieur travaille de concert avec Madame pour augmenter le contrôle sur son excitation. Pour une fois, le travail est 100% agréable ! Monsieur peut par exemple s’offrir des séances de masturbation prolongée où il se détend et se masturbe doucement, le plus longtemps possible. Madame peut aussi masturber Monsieur, s’arrêter dès qu’il sent l’orgasme poindre, recommencer jusqu’à la prochaine alerte et ainsi de suite. Madame peut ensuite remplacer ses mains par sa vulve et frotter le pénis de Monsieur entre sa vulve jusqu’à l’approche de l’orgasme, s’arrêter et recommencer.

Enfin, Madame peut se placer sur Monsieur et le chevaucher, s’arrêtant quand l’orgasme menace et reprenant la cavalcade ensuite. Au début, il faudrait rester immobile quelque temps pour que Monsieur puisse s’habituer à la chaleur et à la moiteur du vagin. Avec le temps et de la motivation, Monsieur devrait obtenir progressivement un meilleur contrôle de lui-même.

Que faire en cas d’éjaculation tardive ?

Ejaculation tardive ? Pour certain(e)s, il s’agit là plus d’une chance que d’un problème. Certains vendraient une couille pour échanger leur éjaculation précoce contre une bonne éjaculation tardive.

Malheureusement l’éjaculation tardive est aussi un réel problème qui cause de la souffrance aux deux partenaires. Au bout d’un certain temps, la pénétration devient ennuyeuse voire douloureuse et chacun des deux partenaires a envie d’arrêter mais attend l’éjaculation qui n’arrive point. Là aussi, il n’y a tristement pas de solution miracle. A court terme, le mieux est de convenir d’un signal par lequel Madame signifierait à Monsieur que l’heure est venue d’arrêter les va-et-vient. Il est important de comprendre que le plus souvent, cela n’est pas dû à un manque d’attirance de Monsieur pour Madame ou parce-que Monsieur a essayé de se retenir volontairement — ce dernier cas pouvant arriver néanmoins. Le problème peut être récurrent, intermittent ou occasionnel et nécessitera beaucoup de communication entre les deux partenaires qui devront trouver une solution créative qui leur convienne à tous les deux.

Que faire en cas de non-érection ?

Il arrive à la plupart des hommes des jours où le drapeau est désespérément en berne, peu importe la force du vent d’excitation qui peut souffler. Et contrairement aux clichés, cela touche les messieurs de tout âge. Il vaut mieux ne pas en faire un drame et en profiter pour faire l’amour autrement : nous avons vu comment. Cependant, si le problème est chronique, Monsieur pourra consulter l’avis de son médecin pour se faire prescrire du citrate de sildénafil — plus connu sous le nom de Viagra®.

Peut-on faire l’amour pendant la grossesse ?

La plupart des médecins vous confirmeront cela : il n’y à priori pas grand risque à faire l’amour pendant la grossesse. A moins de complications potentielles — grossesse difficile, douleurs, précédentes fausses couches etc. — et d’avis contraire du médecin, le couple peut continuer à faire l’amour en adoptant des positions et des mouvements qui conviennent à la future maman. Les hommes craignent souvent de heurter le bébé : quelle prétention ! Peu de pénis peuvent traverser tout le vagin, passer à travers le cervix et aller frapper l’utérus.

Plus précisément : aucun pénis ne peut le faire. De plus, pour celles et ceux qui auraient de bizarres préoccupations de pudeur envers le bébé : Bébé ne voit rien et n’entend rien, à vrai dire il ne sait pas qui vous êtes ni même que vous existez, que vous vous appeliez Maman ou Papa. Il peut arriver que la future Maman ait un peu d’écoulement involontaire d’urine car Bébé exerce une pression sur la vessie. Ce n’est pas bien grave; au pire prévoir une serviette de bain sur les draps. En cas d’avis médical négatif, ne pas hésiter à poser des questions au médecin : si la pénétration est déconseillée, l’orgasme par d’autres moyens est-il autorisé ? Et vice-versa.

Peut-on faire l’amour juste après la grossesse ?

SI par « juste après » vous voulez dire la nuit après l’accouchement, je suis au regret de vous dire que votre cerveau a temporairement quitté votre corps : il est grand temps qu’il revienne ! Il faudra attendre au minimum quelques semaines pour laisser le temps aux tissus de se reconstruire et au corps tout entier de récupérer du choc. Il est parfois nécessaire de pratiquer des exercices de Kegel pour renforcer les muscles du vagin et du périnée qui se relâchent souvent suite aux efforts dus à l’accouchement. Certaines mamans peuvent aussi perdre leur libido pendant un temps plus ou moins long selon les cas. Dur ? Eh eh, personne n’a dit qu’être parent était facile. Les parents peuvent même être tellement épuisés après s’être occupés du bébé que souvent, se coucher signifie s’endormir immédiatement. Pour être réveillés quelques instants plus tard !

Quel est le meilleur moyen de se protéger des maladies sexuellement transmissibles ?

Le moyen le plus efficace est sans aucun doute l’abstinence ! Mais pour la plupart des mortels que nous sommes, ce n’est pas un moyen très pratique. Le plus simple est donc d’utiliser des préservatifs lors de toute relation sexuelle avec un(e) partenaire dont on est pas sûr(e). Qu’est-ce qu’être sûr(e) ? Avoir confiance que la personne avec qui on est n’a pas de relations sexuelles non-protégées ailleurs et a fait ses tests de MST à une date récente. Bien sûr, la pilule ne protège en rien des MST. Certains hommes prétendent que leur engin est trop grand pour entrer dans un préservatif ou qu’ils s’y sentent trop à l’étroit : c’est évidemment sans fondement, il existe des préservatifs king size vendus dans toutes les pharmacies.

Quelle est la meilleure méthode contraceptive ?

La plus simple est certainement le préservatif masculin. Enfiler, faire l’amour et jeter : simple ! Bien sûr, à la longue, l’un des deux partenaires — en général l’homme — peut trouver que faire l’amour à travers du latex élimine une bonne partie des sensations. Dans ce cas, la vasectomie est un procédé chirurgical léger mais radical qui empêche définitivement Monsieur de procréer sans modifier sa capacité à bander et à éjaculer ! Cela demande quand même une certaine motivation… Bon, assez parlé des hommes.

Madame peut aussi prendre les choses en main en utilisant la pilule contraceptive ou des méthodes plus invasives comme le stérilet ou le diaphragme. En définitive, beaucoup de mots pour arriver à la conclusion qu’il n’y a pas de meilleure méthode mais des méthodes plus ou moins adaptées, et qu’il vaut mieux obtenir l’avis d’un médecin lorsqu’on souhaite utiliser autre chose que des préservatifs.

Que faire si le préservatif se déchire ou si l’on a oublié de prendre la pilule ?

Il arrive qu’on oublie de prendre sa pilule quotidienne en rentrant épuisée du boulot. Il arrive que le préservatif se fissure, en général lorsqu’il est mal manipulé par Monsieur ou que la taille n’est pas adaptée. Pour réduire les risques de grossesse non désirée, le mieux est de se rendre en pharmacie pour obtenir une contraception d’urgence.

La plus connue étant la « pilule du lendemain » en vente libre dans toutes les pharmacies et gratuite pour les mineures dans les centres de planning familial. Elle doit être prise dans les 72 heures qui suivent le rapport sexuel mais plus tôt elle est prise, plus grandes sont les chances de succès. L’utilisation de ce type de contraception d’urgence est loin d’être anodine : très souvent, des nausées voire des vomissements peuvent s’en suivre avec les règles qui surviennent quelques jours après. Eviter le plus possible de répéter l’expérience.

Que faire en cas de douleur ?

SI malgré une lubrification abondante, l’un des deux partenaires ressent une quelconque crispation ou douleur — comme c’est le cas lors d’épisodes de vaginisme ou de rupture du frein du prépuce —, il vaut mieux tout stopper et prendre rendez-vous au plus vite avec le médecin. De même si des symptômes inquiétants apparaissent dans les régions génitales pendant ou en dehors de tout rapport sexuel : démangeaisons intenses, picotements, sensations de brûlure, boutons, plaques ou pustules, écoulements louches… : prendre rendez-vous et éviter de faire l’amour à deux entre temps.

Que faire si le préservatif se perd dans le vagin ?

La bonne nouvelle est que le préservatif perdu ne risque pas de traverser le vagin pour disparaître dans l’abdomen de Madame. En effet, le cervix constitue une barrière relativement hermétique entre l’utérus et le vagin qui va empêcher le bout de latex emprisonné d’aller plus loin. Vous pouvez donc essayer de l’enlever vous-mêmes. Le plus simple est que Madame s’allonge en écartant et repliant les jambes comme chez le gynécologue. Monsieur se positionne au milieu et essaie d’atteindre le préservatif perdu avec son index ou son majeur et utilise les deux doigts pour le saisir et le faire sortir : procéder avec délicatesse et attention. Evidemment le terrain risque d’être glissant et/ou le préservatif trop loin pour pouvoir l’atteindre. Au cas où la tâche s’avère impossible, il faudra se résoudre à se rendre aux urgences gynécologiques et à attendre longtemps : le problème est certes embarrassant mais loin d’être mortel.